« Son jeu au piano porte déjà la marque des trois grands pianistes qui l’ont façonnée et dont elle a su réaliser une improbable synthèse : le panache de Martha Argerich, la musicalité de Leon Fleisher et l’impeccable finition de Krystian Zimerman. » Diapason.

Nouvelles : Edna Stern joue la Première des deux Concertos pour piano de Mayr, et reçoit une critique enthousiaste dans le Donaukurier : « Was Nuancen in der Musik ausmachen, was Esprit, Flexibilität in der Melodieführung bedeuten, wurde schlagartig deutlich, als Edna Stern zum ersten Mal die Tasten anschlug. Die beiden C-Dur-Klavierkonzerte von Mayr veredelte Stern derart feinfühlig, dass sie mühelos neben den genialen Werken von Haydn und Mozart bestehen konnten. » Donaukurier, 16 septembre 2016.


• A propos

Edna Stern commence ses études auprès de Viktor Derevianko, un disciple de Heinrich Neuhaus. Elle les poursuit avec Krystian Zimerman à la Musikhochschule de Bâle, et se perfectionne plus tard avec Leon Fleisher à la Peabody Institut aux Etats-Unis et à la Fondation Internationale de Piano du Lac de Come. Son répertoire s’étend de Bach à Berio. Ses disques, consacrés à Bach, Schumann, Chopin puis Mozart ont tous été distingués par la critique française et internationale. Gramophone a consacré une page de « Coming up artist » à son disque Schumann, son disque Bach Nun kommt der Heiden Heiland a été récompensé d’un Diapason d’Or. Son enregistrement des concertos de Mozart avec l’Orchestre d’Auvergne a été élu comme l’un des Tops CD 2010 par le journal Le Monde ainsi que ses deux derniers disques Beethoven Tempête et Appassionata (élus Top CD 2014 par Le Monde).

Edna Stern a été invitée à se produire dans des salles et des festivals prestigieux parmi lesquels l’Olympia à Paris, le Festival de la Roque d’Anthéron, le Concertgebouw d’Amsterdam, la Herkulessaal de Munich, le Théâtre du Châtelet, le Festival International de Colmar, la Maison de la Musique à Moscou, la Tonhalle de Zurich, Petronas à Kuala Lumpur et le Centre Musashino à Tokyo.

Elle s’est produite en récitals solo et avec orchestres, sous la direction de chefs tels Claus Peter Flor et Andris Nelsons. Elle donne également des Masterclass à travers le monde et dans de prestigieuses Universités et Conservatoires comme le CNSM de Paris, Rutgers University et la Zubin Mehta School of Music à Tel-Aviv.

Elle a été nommée Professeur au très réputé Royal College of Music de Londres en 2009. Elle est également artiste en résidence du Théâtre Impérial de Compiègne.


• Profil Musical

Edna Stern s’est construite une réputation de pianiste hors norme, aux choix d’interprétations à la fois forts et peu conventionnels, mais toujours respectueux de la tradition historique ainsi que de l’héritage de ses professeurs. Elle est très connue pour ses interprétations de Bach, recevant des prix et souvent encensée par la critique. (Diapason d’Or, Diapason Découverte, Arte Best CD).

« Avec Edna Stern, nous échappons aux clichés. Son jeu n’est ni romantique ni baroque. Il assume parfaitement la dimension sérieuse du compositeur sans jamais basculer dans la froideur ou la rigidité. C’est à la fois une révélation instrumentale et le signe évident que la musique est bel et bien vivante. » Mathias Heizmann, Arte, 2009.

A l’occasion de ses études auprès de Krystian Zimerman à Bâle, elle a eu l’opportunité de jouer et de travailler les instruments authentiques et les pianofortes de la Schola Cantorum Basiliensis. Elle a pu ainsi développer une autre facette de son approche musicale. Ceci l’a menée à une collaboration de plusieurs années avec Amandine Beyer, l’une des meilleures violonistes baroques actuelles. Elles ont enregistré ensemble les sonates pour violon et pianoforte de C.P.E. Bach, enregistrement récompensé par cinq Diapasons. En 2010, pour les célébrations du bicentenaire de Chopin, le Musée de la Cité de la Musique à Paris l’a choisie pour enregistrer sur un piano de sa collection, un Pleyel 1842. Ce disque, publié chez Naïve, a reçu des critiques élogieuses :

« La subtile alchimie d’un Chopin réussi[…] ce disque éclipse tout ce qu’on a entendu jusqu’ici pour la commémoration du bicentenaire de la naissance de Chopin. » Katchi Sinna, Muzikzen.fr, 2010.

Son intérêt pour différents instruments et sonorités la distingue également comme interprète de Mozart, et son enregistrement des Concerti de jeunesse de Mozart a été choisi par le journal Le Monde comme un des Top CDs classique de 2010 et a reçu les éloges des critiques d’Allemagne et d’Angleterre :

« Il est fascinant d’écouter la parfaite maturité et technique aisée d’Edna Stern, qui pourtant ne l’utilise pas pour se vanter, mais la met discrètement au service de la musique. Elle réussit au point de disparaitre complètement derrière la musique[…] développant une richesse inattendue de nuances et couleurs sonores. »
« […] Un jeu spontané et joyeux, plein de beauté et de respect : mon Idéal Mozart par ce CD est devenu bien plus proche. » Attila Csampai, Bayrische Rundfunk, 2010.

« Voici une artiste au touché délicat, dont chaque détail du phrasé et de l’articulation est poli comme un petit joyau. » Lindsay Kemp, Gramophone Magazine, 2011.

Edna Stern a publié onze albums qui s’étendent de la période Baroque (3 albums J.S. Bach, C.P.E. Bach) au Classique (Concertos de Mozart, Piano des Lumières, 2 albums Sonates de Beethoven), sans oublier la période Romantique (Schumann, 2 albums Chopin)

Elle sortira prochainement un nouveau disque dédié à Hélène de Montgeroult (sortie prévue pour février 2017) ainsi qu’un troisième disque dans sa série dédiée aux Sonates de Beethoven.



• Communication avec le public, donner un sens à la partition musicale

Edna Stern aime communiquer avec le public, échanger avec d’autres artistes, et lier entre elles différentes formes d’art.

Elle collabore souvent avec le Collège de France et l’Université de Lugano (Suisse), et y joue des concerts suivis par des discussions. Son aspiration à réunir différentes formes d’art dans la même soirée et à partager ses réflexions avec le public étaient à l’origine d’un récital donné au Festival de la Roque d’Anthéron, et qui était précédé par une discussion avec une historienne de l’art sur le lien entre le peintre Klee et la musique de J.S. Bach. Elle a écrit sur le sujet sur le site www.THINQon.com, un site dédié à des conversations significatives, et qui lui a permis de développer une relation plus personnelle avec son public par l’écrit.

Deux de ses essais seront publiés prochainement. Il s’agit d’un article sur Beethoven dans la revue académique annuelle de l’Université d’Udine en Italie, et d’un essai sur la polyphonie destiné à la prestigieuse Fondation Barbier-Müller en Suisse dans un volume spécial célébrant son 15ème anniversaire.

Elle travaille aussi en ce moment sur son livre intitulé Intermezzi – pensées fragmentées sur la Musique.


• Projets Spéciaux

Edna Stern prend plaisir à faire découvrir et interpréter des pièces de compositeurs oubliés. Son disque Piano des Lumières présentait – aux côtés de J.S. Bach, Haydn et Mozart – deux compositeurs aujourd’hui oubliés mais qui de leurs temps revêtaient une importance primordiale : Galuppi et C.P.E. Bach.

« La pianiste Edna Stern réunit autour de Mozart, Galuppi, Haydn, C.P.E. Bach, des musiciens aux sonorités lumineuses, mis en valeur par une interprétation en clair-obscur. Le touché, tout en légèreté, souligne les aspects profonds et moirés des œuvres choisies. Ah qu’elles sont belles ces sonates de Galuppi aux arpèges qui coulent naturellement sous les doigts ! Les variations Ah ! Vous dirai-je maman ont une couleur enfantine, dans ce jeu tout en souplesse. L’approche subtile d’Edna Stern met en exergue la polyphonie riche et complexe de la Fantaisie en do mineur de J.S. Bach. Les deux œuvres de Haydn et la Fantaisie de C.P.E. Bach viennent compléter un disque à l’élégance parfaite. » Péché du Classique, décembre 2013.

Un de ses programmes cette année présentait des Sonates écrites par des compositeurs Juifs à Theresienstadt, et dont elle a été la première à jouer l’une des sonates. Son concert à New York a conquis l’intérêt du public et lui a valu une invitation immédiate à Los Angeles, dans le cadre de conférences faisant partie du projet Recovered Voices supervisé par le chef d’orchestre James Conlon.

Parmi ses futurs projets :

- La sortie du disque Hélène de Montgeroult et récital à la Cité de la Musique - Philharmonie de Paris en février 2017

- L’enregistrement de l’intégrale des Sonates de Beethoven (deux CDs parus en octobre 2014, un troisième sera publié dans le courant de 2018)

- Collaboration avec l’actrice Sarah Adler autour d’une pièce de théâtre sur la vie et la musique d’Hélène de Montgeroult.

- Un projet spécial réunissant le chorégraphe Bruno Bouche, la danseuse étoile Agnès Letestu, et les danseurs solistes de l’Opéra de Paris autour de la Sonate de Liszt et la Chaconne de Bach, la Sonate de l’Extase de Scriabine et des scènes de Roméo et Juliette de Prokofiev.


• Ce qu’ils en disent

« Son amour de la musique se manifeste par l’absolu besoin de jouer et la joie avec laquelle elle joue. Son talent inné, sa personnalité, et sa curiosité à chercher toujours le nouveau en font une grande artiste. » Krystian Zimerman.

« Conjuguant poésie et splendeur sonore, Edna Stern nous fait plaisir par une virtuosité efficace mais jamais démonstrative […] Elle nous fait parcourir un monde irréel d’émotions contrastées que l’on souhaiterait ne jamais quitter. Maîtrise, intelligence, engagement sonore, tout y est pour que l’on reste suspendu à ses doigts… Excellente pianiste mais surtout musicienne, Edna Stern nous a ici totalement conquis, et il nous tarde de la réentendre. Antoine Mignon, Magazine Classica-Répertoire.

« Si le goût musical, le phrasé ayant une respiration organique et le sens de la sonorité poétique ont encore de l’importance sur un marché des pianistes sans ambages, Edna Stern fait alors partie des grands espoirs de la jeune génération de pianistes. » Rüdiger Schwarz, Abend Zeitung.

« Mercuriale et méditative… Stern extrait de la magie de son instrument. » Geoff Brown, The Times, UK.

« Stern a toutes les qualités d’une grande artiste : virtuosité, imagination et passion. » Joe Laredo, International Piano Magazine, UK, 2007.